B D'APRÈS K, D'APRÈS MOI

par Lalou Rousseau
visuel par Sara A. Tremblay

J'avais besoin d'une référence : Spleen et Idéal, première partie des Fleurs du mal, Charles Baudelaire, 1857.

Un poème (le seul) intitulé pertinemment L'Idéal. Sa première strophe.

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.

La recherche d'une expérimentation, d'un exercice, n'est-ce pas, de style, peut-être.

C'est alors, dans l'étourdissement et le martèlement du huis clos idéal dans lequel je m'étais volontairement confinée afin d'accoucher d'une idée(ale), qu'une image m'est venue.

Ce ne seront jamais ces beauts d viggnettes,
Produistaivairés, nés d'un sicèle vaurin,
Ces pids à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.

Jack Nicholson devant une machine à écrire. The Shining, Stanley Kubrick, 1980. All work and no play makes Jack a dull boy.

C'est comme avec n'importe quoi, lorsqu'il y a répétition, il y a perte de sens. J'ai constaté ce phénomène assez tôt, enfant, avec le mot « journal ». Je ne m'en suis jamais remise. Visiblement.

Ce ne serton mais mais ces beautés de vignettes,
Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satisafire un cœur comem le mien,

J'ai pensé, l'espace d'un instant, écrire, réécrire cette strophe, sans arrêt, automatiquement, à l'infini - bon, trois pages - et publier, tel quel, ici. Puis j'ai douté, j'ai douté qu'on me taxe d'hermétisme.

cE ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produist avariés, nés d'un siècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satisafaire un cœur comme le mien.

Je préfère encore exposer les dédales de cette histoire.

L'Idéal perd de son sens avec sa répétition. So postmodern. Ok.

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
Ces pids aà c brodeuqins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satifsaire un cœur comme le mien.

La répétition, la référence, la réappropriation, le passé, l'hermétisme, le sujet, le jeu, le sens, le choix, l'aléatoire, l'imperfection, l'exactitude, le rythme, la forme, le fond, l'intention, l'italique, le jet, la perception, la réflexion, la répétition.

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avariés,
nés d,Un siècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satiffaire un cœur comme le mien.

« C'pas ça j'voulais dire. »

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Qposuidruits avarisé, nés d'un sicèle caurivne,
Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront fsait faire un cœur comme le mien.

Ce ne seront jamais ces beautés de givnetess,
Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
ces pieds à brodquensins, ces doigts à castagnettes,
Qui saurtons saitsaife ruen cœur comme le mien.

Bref, j'ai écrit, réécrit, sans cesse, les mêmes mots, sans arrêter, à l'aveuglette, par cœur, par réflexe, à la folie, comme Jack.
Et fait un collage de ces strophes démantelées, celui des plus belles imperfections.

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avairés, n »és d'un siècle vaurien,
cCes pieds à pbodreueinqs, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satisfair eun cœur comme le mien.

Baudelaire lui-même, dans cette seule strophe, met en place les thèmes fondamentaux de l'idéal (moderne, surtout, mais pas uniquement) : le refus du présent, le rejet du vétuste, du figé et du superflu, la projection dans le futur, la subjectivité.

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avairés.m nés du'n siècle vaurien,
Ces pids à brodqueins, ces doits à castagnettes,
Qui sauront safitsafire un cœur comme le mien.

J'ose prétendre soulever ici quelques questionnements sur l'art idéal, ou enfin, sur les conditions selon lesquelles l'art est intéressant, pertinent, humain, pas mauvais.

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
Qces pieds à brodequins, ces doigts de castagnettes,
Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.

Bref, pourquoi l'art est art.

Ce ne seront jmais ces meabutés de vignettes,
Produits avairés. nés d'un si;ècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, ces doitgs aà castagnettes,
Qui sauront satisafire un coeru comme le mien.

Ce ne seront jmaias ces beautés de vignette,s
roduits aavairés, nés d,un siècle vaurien,
Ces pieds à cabordque in, ces doits à castagnettes,
Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.

La répétition, la référence, la réappropriation, le passé, l'hermétisme, le sujet, le jeu, le sens, le choix, l'aléatoire, l'imperfection, l'exactitude, le rythme, la forme, le fond, l'intention, l'italique, le jet, la perception, la réflexion, la répétition.

Ce ne seront jamais, Produits avariés,
ces doigts à castagnettes, nés d'un siècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, un cœur comme le mien,
Qui sauront satisfaire ces beautés de vignettes.

`